La seigneurie des Poutrains, un domaine 
de Charles de Croÿ
à Tourcoing, d'après les cadastres et Albums du duc
(1593 - 1597)

Il existait également un échevinage spécifique au quartier des Poutrains, qui était à l'époque une baronnie indépendante

Jean-Marie Duvosquel






















L'ambitieuse entreprise des Albums de Croÿ a commencé modestement mais efficacement sur le terrain quand, dans les années 1560, le duc Philippe de Croÿ a fait renouveler les censiers de certaines de ses seigneuries. Son fils Charles (Beaumont en Hainaut 1560-ibidem 1612) a poursuivi l'expérience en les mettant à jour une génération plus tard, s'attachant d'abord à ceux concernant les domaines hérités de sa mère Jeanne de Halluin, dame de Comines et Halluin, décédée en 1581.

Dans un premier temps, Charles de Croÿ fait procéder à un nouvel arpentage et mesurage de certains biens comme ceux de Halluin et des Poutrains à Tourcoing, ainsi que l'attestent des mentions dans un inventaire des archives de la famille d'Orléans pour ses propriétés du nord de la France conservées à Avesnes, rédigé en 1742 Au chapitre de l'lnventaire des titres et papiers concernant les terres et seigneuries de Commines et d'Hallevin" se trouvent décrit un cahier contenant l'arpentage ou mesurage de toutes les terres, prets, pastures, bois et censes des seigneuries d'Hallevin et Torcoing [en fait les Poutrains à Tourcoing] fait par Jean Desaint, mesureur sermenté de la ville et châtellenie de Lille, assisté de Thomas Fleurkin, receveur dudit Hallevin, et de Jacques Donckele, sergeant, ez mois de may, juin et octobre 1589, en douze rolles de papier dont huit plains, sous cotte B. 32" et un "Autre mesurage de la cense de la Basse Court du Chateau de Hallevin fait par ledit Jean de Saint, mesureur sermenté de la ville et châtellenie de Lille au mois de may 1589, sous cotte B.34".

L'étape suivante est franchie quelques mois plus tard quand, par une ordonnance datée de Chimay le 1er janvier 1590, Charles de Croÿ donne instruction à son receveur de Comines, pour lors Guillaume d'Ousthoren, "de dresser le plus tôt qu'il polra ung nouveau cartulaire et brief des rentes seigneuriales et fonssières dépendans de ceste recepte, ses appendences et despendences, avecques particulières spécifications des aboutz, dont à ces fins luy sera donné salaire raisonnable. Et s'il est possible que pour le prochain compte ledict cartulaire puisse estre faicte, il fera ses extrèmes debvoirs.

L'instruction princière a sans doute été donnée à d'autres receveurs domaniaux et au moins au titulaire de la recette de Halluin, Georges Bourel, puisque celui-ci, autorisé par des lettres de terrier datées du 24 octobre 1590 et délivrées au nom du souverain (sans doute par la Chambre des comptes de Lille), a suivi strictement les recommandations formulées en 1590 en présentant le 23 août 1593 un " Briefz, cartullaires et enseignemens de la seigneurie et fief des Poultrains, gisant et s'extendant en la ville de Tourcoing (...) ". Dans ce beau registre de parchemin muni d'une couverture de la même matière, se trouve décrit la seule censive de la seigneurie des Poutrains, à l'exclusion du domaine appartenant directement au duc. Georges Bourel a vraisemblablement élaboré un document similaire pour la seigneurie de Halluin, en se basant sur les récents mesurages.

Le receveur de Comines est allé au-delà, à l'instigation du duc ou de sa propre initiative, je ne sais. D'abord en faisant suivre le censier par une description du domaine propre et par une espèce de dénombrement des fiefs et arrière-fiefs tenus de Comines; ensuite, et c'est là l'innovation la plus marquante, en accompagnant ces descriptions d'une soixantaine de plans, transformant ainsi son travail en un véritable cadastre. Ce document sur papier, utilisé jusqu'à la fin de l'Ancien Régime, sera connu par des mentions ultérieures sous le nom de " cartulaire de 1593 " ou de " carte figurative de 1593.

Les trois parties du cadastre de Comines sont de valeur inégale. Le censier (fos 7 r°-85 V°) est rédigé avec soin, donnant pour chaque bien la description, le nom de l'occupant, les abouts et le montant des redevances dues au seigneur. La deuxième partie (fos 87 r°-102 r°) décrit le domaine propre; elle est visiblement inachevée: les plans sont dessinés et coloriés mais quand la description des propriétés est faite, elle l'est de façon fort concise. La dernière partie (fos 103 r°-152 V°) concerne les fiefs: c'est une mise à jour du dénombrement de la seigneurie de Comines présenté en 1470 accompagné de plans.

Le prince se trouve donc en 1593 face à deux conceptions différentes, l'une classique (Halluin et Poutrains), l'autre novatrice (Comines). Séduit par le travail réalisé pour Comines, il fait dessiner les plans pour Halluin, Poutrains et les autres seigneuries dépendant de cette même recette en les accompagnant d'un résumé de chaque article des censiers, d'une brève description pour le domaine propre et les fiefs. Le tout tient en moins de quarante folios comportant vingt-quatre plans.

Les cahiers des deux cadastres de Comines et de Halluin ont été reliés dès l'époque en un seul volume. Les plans sont dus au géomètre Courtraisien Pierre de Bersacques.

Ainsi pour les Poutrains, sont à la fois disponibles le censier de 1593 et une description de la seigneurie dans son ensemble avec le fief voisin de la Motte réalisée peu après, s'appuyant sur un plan.

* * *

Les 59 articles de la censive des Poutrains amplement décrits en août 1593 retrouvent donc dans le cadastre et les renseignements y sont les mêmes, à deux exceptions près: Jehan du Mortier a cédé (par vente ou par succession) sa maison à Jacques le Febvre et Louyse le Pers a fait de même en faveur de Noël le Mesre avec un terrain. Ces différences minimes tendent à prouver que le cadastre a été rédigé peu après le censier de 1593. Quant à la cense des Poutrains, elle relève du domaine propre du seigneur. il la loue à un fermier, tout comme les terres du fief de la Motte qui voisine les Poutrains. Cinq articles désignent des rues, chemins et place.

Le plan de la seigneurie des Poutrains et du fief de la Motte a été recopie en 1597 dans l'Album de Croÿ consacre aux propriétés du duc Charles de Croÿ situées en Brabant, Flandre, Artois et Namurois. Cette reproduction a été complétée par une vue cavalière de la cense des Poutrains. Sur la vue de Tourcoing dans l'Album de Croÿ couvrant la châtellenie de Lille, la cense et le fief des Poutrains occupent l'avant plan de cette gouache dessinée en 1603.

* * *

La seigneurie des Poutrains, tenue de la Salle de Lille, appartint aux sires de l'Eschelles au moins de 1372 à 1447. Elle passa par la suite aux seigneurs de Halluin: ils la possèdent dès 1526 jusqu'au moment où, en mai 1645, elle fut mise en vente par Philippe de Croÿ - Chimay - d'Arenberg, seigneur de Comines et Halluin, et acquise par Philippe-François de Croÿ, duc d'Havré et seigneur de Tourcoing, en même temps que le fief de la Motte, tenu lui de la seigneurie de Tourcoing.

Cette motte proche du centre urbain de Tourcoing et cette seigneurie avec une autre motte jouxtant la grand-place mériteraient une étude approfondie. Notons simplement que le seigneur des Poutrains bénéficia directement de l' expansion démographique de Tourcoing : en 1526, Georges de Halluin, seigneur de Comines et Halluin, procéda au lotissement de la partie de la cense des Poutrains située le long de la rue de Lille Ces 24 “nouveaux arrentements” occupant 4 bonniers 6 cents lui rapportèrent dorénavant chaque année plus de 111 livres parisis.

Quelques toponymes apparaissent au fil du texte : outre les rues et chemins, voici quelques enseignes d'hôtelleries, comme Le Lion d'Or et Le Cygne.

Au travers de la mutation des terres défilent devant nos yeux plusieurs générations de Tourquennois qui se sont transmis un bien soit par vente et achat, soit par succession. L'historien des familles reconstituera ainsi quelques degrés supplémentaires ou décèlera des mariages successifs Le protestantisme a marqué la région et certains habitants se sont expatriés, surtout en Angleterre, comme Antoine Scrivere et Pierre le Doulx qui sont de Tourcoing, Pierre du Bosquel et Jacques du Bois, tous deux originaires de Lille.

A partir de 1612, la recette des seigneuries de Comines et de Halluin fut confiée à un même receveur qui ne présenta plus qu'un seul compte. Dès lors, de 1612 à 1645, les comptes des Poutrains permettent de suivre le rapport de la seigneurie, dont les neuf dixièmes du revenu provenaient de la location de la cense des Poutrains. Ainsi en 1635, les arrentements anciens apportent 57 s. parisis, le rachat des deux corvées 6 s., les nouveaux arrentements de 1526 111 lb. 15 s., la recette des 18 chapons (à 24s par. la pièce suivant la priserie de Courtrai) 22 lb.6 s. par., la recette des 15 rasières 2 havots 1 quarel de froment (à 12 lb.8 s. par. la rasière suivant la priserie des bailli et échevins des Poutrains) 194 lb. 4 s. par., les droits seigneuriaux liés au transport des biens lors de décès et de vente quelques sous et finalement la location de la cense des Poutrains (soit outre les bâtiments de la ferme un total de 32 bonniers 15 cents 20 verges dont 16 bonniers appartenant au fief de la Motte et 18 cents de pré gisant près du Ham à Halluin) 2408 lb. Par., c'est-à-dire au total 2741 lb. 16 s. parisis ou 1370 lb. 18s. artisiens.

* * *

L'édition de ces documents n'a d'autre but que de préciser la genèse des "cadastres" du duc Charles de Croÿ qui sont à l'origine de la série des Albums L'exploitation de ces documents pour l'histoire de Tourcoing reste à faire, notamment en ce qui touche l'histoire du sol et celle du développement topographique de la ville, éclairée désormais d'un jour nouveau grâce aux travaux d'Alain Plateaux et aux fouilles de José Barbieux.

La seigneurie et fief des Poutrains

Retour à la page précédente
Sommaire